25 janvier 2019

Les prix entre Rhône et Saône ne faiblissent pas

Aujourd’hui le prix moyen au m2 atteint 4 295€ à Lyon, tous arrondissements confondus.

Mais il existe des disparités entre eux :

  • Lyon 1er prix moyen au m2 : 4 700 €
  • Lyon 2ème prix moyen au m2 : 5 360 €
  • Lyon 3ème prix moyen au m2 : 4 150 €
  • Lyon 4ème prix moyen au m2 : 4 740€
  • Lyon 5ème prix moyen au m2 : 3 890 €
  • Lyon 6ème prix moyen au m2 : 5 520 €
  • Lyon 7ème prix moyen au m2 : 4 040 €
  • Lyon 8ème prix moyen au m2 : 3 220 €
  • Lyon 9ème prix moyen au m2 : 3 090 €

Et si nous analysons les prix les plus hauts dans les deux arrondissements les plus cotés de Lyon, ils peuvent s’envoler jusqu’à 7 000 € du m2 dans le 6ème, et 7 120€ du m2 dans le 2nd.

Ces prix ont atteint ces niveaux avec une hausse régulière, et parfois fulgurante qui a débutée au début des années 2000, pour atteindre aujourd’hui une progression de plus de 200%.

 

La tendance pour 2019 à Lyon n’est pas partie pour changer

De moins en moins de logements neufs en construction, des permis de construire difficiles à obtenir : C’est la résultante d’une période plus frileuse de la part des communes. Car à quasiment 1 an des nouvelles élections municipales, les élus sont réticents à opérer des changements fonciers profonds.

Cela continue de faire grimper les prix de l’immobilier à Lyon, y compris dans la périphérie de la ville. Il est tout à fait logique que les acheteurs se portent sur la première, voir la seconde couronne de la métropole pour s’installer.

Les réseaux routiers se développant, il est de plus en plus facile et plus court de se rendre en ville. L’exemple parfait est l’apparition récente de l’A89, permettant ainsi à des communes comme Chazay-d’Azergues, la Tour de Salvagny ou encore Bully, de diminuer fortement le temps de trajet avec Lyon.

La demande ne faiblit pas, les acquéreurs sont là, mais les biens à la vente manquent. Il y a donc beaucoup plus de demande que d’offre, et les prix d’achats sont donc élevés.

Le prix de l’immobilier à Lyon devrait donc continuer à progresser. Avec plus de 10 000 habitants supplémentaire chaque année, et avec une sociologique en pleine mutation (les cadres remplaçant les ouvriers), la Métropole devrait compter plus de 1,5 millions d’habitants dans les 10 prochaines années. Ce qui signifie toujours plus de demande par rapport à une offre qui devra augmenter au minimum de 5 000 logements par an pour pouvoir y répondre.